mercredi 23 juin 2021

RETOUR SUR DU CARRÉ (ENTRE) LES LI-SIGNES (roman), Anne-CATHERINE CARON AVEC LE ROMAN JAMAIS N'ABOLIRA A LA VILLA CERNIGLIARO

 « DU CARRÉ (ENTRE) LES L-SIGNES (roman) » 

179 pages, 29,7 x21 cm.
Co-édition originale Zero Gravità et Publications PSI, 2020.
Version exclusivement numérique à feuilleter en accès réservé sur demande à infolettrisme@icloud.com  (accesso riservato a richiesta)
@ Anne-Catherine Caron, Zero Gravità et Publications PSI. Sordevolo, Paris 2020.

Apparemment coincé, comme le dit Roland Sabatier, entre Mallarmé et Isou, « Du Carré (entre) les l-signes » s’inscrit dans une continuité fidèle au créateur du Lettrisme et à ses définitions d’une nouvelle narration dénommée hypergraphie. Après des romans sur toile comme « Roman contre », de 1973, ou « Roman gondolé, roman encollé », de 1984, c’est pourtant avant, en 1978, avec « Roman à Équarrir » que l’auteure livrera un condensé des réflexions qu’elle conduit depuis 1972 dans le groupe lettriste. Comme dans ses précédentes sommes romanesques, dans ce récit, la prose déchue se métamorphose en signifiant pur. Une rhétorique mystérieuse où le carré se pare de congénères encombrants ou fuyants. Par impuissance ou anéantissement, prolifération ou raréfaction, l’espace de la page est passé au crible de jeux typographiques où sont interrogés et piétinés les vestiges des sens anciens.
www.annecatherinecaron.com
FB ACC

mercredi 12 mai 2021

ANNE-CATHERINE CARON A LA VILLA CERNIGLIARO

 

ANNE-CATHERINE CARON

UN COUP DE (27 DES (CARRES) JAMAIS

N'ABOLIRA LE HASARD

Ventisette romanzi: moltiplicatori di potere impensato

Ving-sept romans - muliplicateurs de puissance impensée

Installazione

A cura di Carlotta Cernigliaro

Villa Cernigliaro, porte del 1° Piano fuoriterra

Villa Cernigliaro - Via Clemente Vercellone 4 - Sordevolo Biella - Italie

2 maggio > 30 settembre 2021  - domenica 15.00 > 19.00  

ROLAND SABATIER EXPOSE AUX MÊMES DATES : UN FILM SUPER COMMERCIAL dans la Salle des Poètes. 

COMMISSAIRE : CARLOTTA CERNIGLIARO



 

dimanche 25 octobre 2020

EVANESCENCE DU SENS ET/OU SENS EVANESCENT



Cliquez ici

Évanescence du sens et/ou sens évanescent ?

On est interpelé par cette œuvre au titre un peu long et un peu barbare qui fait primer la structure sur toute autre définition mécanique et qui nous dit renvoyer à une thématique visuellement et apparemment prégnante dont le destin semble devoir être irrémédiablement nié. Un "to be or not be" de l"Hypergraphie ciselante, poly automatique et a-thématique" (Extd. Production, 2020) ou un "vivre ou mourir"de ce jeune lettriste arrivé parmi nous en 2013 et que nous nous plaisons à appeler HUGO (BERNARD). Anne-Catherine Caron, octobre 2020.



vendredi 26 juin 2020

NOUVEAU ROMAN LETTRISME:ANNE CATHERINE CARON

« DU CARRÉ (ENTRE) LES L-SIGNES (roman) » 
179 pages, 29,7 x21 cm.
Co-édition originale Zero Gravità et Publications PSI, 2020.
Version exclusivement numérique à feuilleter en accès réservé sur demande à infolettrisme@icloud.com  (accesso riservato a richiesta)
@ Anne-Catherine Caron, Zero Gravità et Publications PSI. Sordevolo, Paris 2020.

Apparemment coincé, comme le dit Roland Sabatier, entre Mallarmé et Isou, « Du Carré (entre) les l-signes » s’inscrit dans une continuité fidèle au créateur du Lettrisme et à ses définitions d’une nouvelle narration dénommée hypergraphie. Après des romans sur toile comme « Roman contre », de 1973, ou « Roman gondolé, roman encollé », de 1984, c’est pourtant avant, en 1978, avec « Roman à Équarrir » que l’auteure livrera un condensé des réflexions qu’elle conduit depuis 1972 dans le groupe lettriste. Comme dans ses précédentes sommes romanesques, dans ce récit, la prose déchue se métamorphose en signifiant pur. Une rhétorique mystérieuse où le carré se pare de congénères encombrants ou fuyants. Par impuissance ou anéantissement, prolifération ou raréfaction, l’espace de la page est passé au crible de jeux typographiques où sont interrogés et piétinés les vestiges des sens anciens.
www.annecatherinecaron.com
FB ACC

dimanche 26 janvier 2020

ROLAND SABATIER, LE PLUS GRAND ARTISTE FRANÇAIS VIVANT?

http://diagonaledelart.blogs.liberation.fr/…/Philippe.Godin
Dans La Diagonale de l'Art du Journal Libération, par Eric Monsinjon.
FB ACC

mercredi 1 janvier 2020

LE CATALOGUE RAISONNÉ DU CINÉMA DE ROLAND SABATIER

Tout juste parue, la nouvelle publication de Roland Sabatier, "ŒUVRES DE CINÉMA (1963 - 2013)", offre un panorama exhaustif, sinon raisonné, de ses réalisations cinématographiques qui s’étend sur un demi-siècle. Somme d’un travail réfléchi, jeté, maniaque, acharné, malicieux, et parfois drôle, l’artiste nous fait découvrir, année après année, un autre cinéma, plus précisément celui du Lettrisme ou de l’Hyper-créatisme, au travers de ses propres créations. 
Selon les exigences de son auteur, le livre possède la qualité rare de présenter la grande majorité de ses films au travers de ses précisions, d’images reproduites, de commentaires extérieurs, sans oublier la liste de leurs expositions et références bibliographiques. 
Qu’il soit averti ou non sur le Cinéma, l’Hyper-créatisme ou l’Œuvre artistique de Sabatier, tout amateur ou chercheur trouvera satisfaction à parcourir ou à examiner ces pages où des films dégradés, absents, hasardeux, faits de signes ou purement imaginaires se côtoient. 
À cet effet, l’épais volume démontre que, depuis longtemps, l’avant-garde qu’est le Lettrisme a donné une toute autre consistance émouvante à l’art cinématographique, que ce soit par son anéantissement propre, ou alors par ses dépassements formels, qu’ils soient hypergraphiques (constitués de signes), infinitésimaux (imaginaires et/ou inimaginables) ou excoordistes (en extension et/ou en coordination). 
Sans nul doute, l’ouvrage de Sabatier constitue déjà une référence, si ce n’est, peut-être, une découverte obligatoire pour celles et ceux qui voudront parler (le) du cinéma en général, et du cinéma lettriste en particulier.
Hugo Bernard
https://www.facebook.com/Anne-Catherine-Caron-362762160736360/

mardi 1 octobre 2019

CENTRE POMPIDOU : FACE A FACE ON KAWARA AVEC ROLAND SABATIER












 Le Centre Pompidou accueille l'exposition Points de rencontres, fruit de la première saison du Fonds de dotation Centre Pompidou Accélérations. Le Fonds de dotation est né en 2018 d’une rencontre avec 7 entreprises qui ont décidé de s’engager dans un dialogue original avec le monde artistique, les équipes et les publics du Centre Pompidou. Ces entreprises partagent la conviction qu’il faut, pour imaginer le monde de demain, s’engager et dialoguer avec la création artistique d’aujourd’hui. Dans ce cadre, une série de résidences d’artistes au sein des entreprises s'est déroulée durant plusieurs semaines au cours du premier semestre 2019
 L'exposition Points de rencontres, élaborée par Frédéric Paul, conservateur au service des collections contemporaines du Musée national d’art moderne (MNAM), qui a en amont présenté les sept artistes à ces entreprises, présente les oeuvres produites par les artistes en résidence, en dialogue avec des oeuvres de la collection du MNAM (Brassaï, Man Ray, Sonia Delaunay, Joseph Albers, Paul Klee, Marc Chagall, Jackson Pollock...).
Parmi les près de 120 000 oeuvres de la collection du Centre Pompidou, plus d’une centaine ont été sélectionnées en lien avec la thématique de la première saison du Fonds de dotation Centre Pompidou Accélérations : l'émotion. Certaines oeuvres incontournables, comme le programmatique Lomolarm, de Klee ou The Deep de Pollock dialogueront avec les oeuvres créées pendant les résidences et feront appel à une riche palette d'émotions : du rire aux larmes, de l’amour à la détestation, de Josef Albers à Yuri Albert, de Ian Wilson à René Zuber, des artistes anonymes aux plus consacrés, de 1905 à nos jours. Le parcours de l'exposition sera aussi rythmé par des face-à-face inattendus : Chagall avec John de Andrea, Feininger avec Gonzalez, On Kawara avec Roland Sabatier, Roland Barthes avec Réquichot ou encore Fontana avec Zobernig. Ces oeuvres de la collection, qu'elles soient modernes ou contemporaines, offriront un cadre de référence aux oeuvres nouvelles de Duprat, Estève, Estrela, Geoffray, Monk, Oliveira-Fairclough et Serralongue, nés entre 1957 et 1979, artistes aux sensibilités et champs d’investigations multiples.  FB AC CARON