dimanche 17 juillet 2022

ANNE-CATHERINE CARON "SOUVENIRS DE MÉCA-ESTHÉTIQUE OU LA MEULIÈRE ÉTAIT CIMENTÉE"



Vue de l'exposition 

d'un extrait du Roman de

ANNE-CATHERINE CARON

"SOUVENIRS DE MÉCA-ESTHÉTIQUE OU LA MEULIÈRE ÉTAIT CIMENTÉE", (2020-2022)

EXPOSITION VILLA CERNIGLIARO du 10/07 au 10/08/22

FB AC CARON

Le roman constitue le champ de recherche privilégié d'Anne-Catherine Caron. Un territoire initialement et magistralement exploré et subverti en métaphores pictographiques, en 1950, par Isou avec "Les Journaux des Dieux" et l’essai théorique qui les précède.

Caron l'a abordé au début des années 1970 avec des dessins et des peintures comportant le mot "roman", expérimentant la réduction de tous les signes de communication à la figure du carré. En 1978, elle publie son premier chef-d'œuvre : "Roman à Équarrir", un véritable tour de force, dans lequel les multiples déclinaisons du carré sont mises à l'épreuve dans le cadre d'une déstabilisation complète de la forme romanesque, avec des modifications de l'ordre narratif, l'introduction d'un indice discret (c'est-à-dire autonome et séparé du contenu proprement dit), la mise à mal de la mise en page, des répétitions, des fuites ironiques, etc.

Caron a poursuivi ses recherches dans le champ défini par son premier grand ouvrage avec d'autres romans où le propos s'ouvre aux suggestions de l'imaginaire ("De la Carritude en Lettrisme", 2008) et au cadre super-temporel, ainsi qu'à la méca-esthétique par l'irruption d'une dimension prégnante d’artefacts, préconisée par l’invention isouienne du Roman tridimensionnel (1950), composée d'objets, de personnes et d'actions réelles (avec "Roman lettriste de la Ville Cernigliaro", 2011, déjà mentionné). D'autre part, elle a également défendu le rôle joué par les femmes au sein du mouvement lettriste, avec des expositions comme "Il Lettrismo al di là della femminilitudine".

Dans l'ouvrage présenté à cette occasion, "Souvenirs de méca-esthétique ou La meulière était cimentée", un "roman fait de signes pour raconter une vie", l'auteur propose, à côté de la présence incontournable du carré, une série de notes sorties de leur contexte, de récits condensés en phrases concises, d'indications géographiques, d'images de matériaux (la pierre meulière du titre), de formules et de diagrammes mathématiques, de photos personnelles et non personnelles, dans un ensemble qui vise à étudier - comme le note Caron elle-même - "la difficile acceptation de la fuite du temps (...) liée à cette lacération de la perte des lieux, du temps, des objets et, bien sûr, principalement, des personnes". ) et tissant "un jeu au sein du trio formé par le narrateur, le mode de transcription (hypergraphie) et le 'je/il' dont la fusion s'opère sous forme de la sur-notation".

Enfin, la présentation à la Villa Cernigliaro implique la déconstruction du roman en pages suspendues par une corde, en scandant le matériel autobiographique en fragments organisés selon un rythme articulé dans l'espace et l'environnement, dans une synthèse originale entre le dit et le montré, entre le flux d'une mémoire individuelle et une codification communicative.

Sandro Ricaldone

Gênes, 28 juin 2022

(oeuvre d'interparticipation pour le choix des feuillets avec Carlotta Cernigliaro)

Anne-Catherine Caron : www.annecatherinecaron.com

Zero gravità Villa Cernigliaro per arti e culture Associazione

via Clemene Vercellone 4 

13817 Sordevolo, Biella - Italy

3482517279

0gravita@gmail.co"

Crédit photo: Carlotta Cernigliaro

jeudi 31 mars 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 

Page extraite du roman  « DU CARRÉ (ENTRE) LES L-SIGNES »,
de Anne-Catherine Caron
Publications PSI et Zero Gravità, 2020 sous forme numérique

Figurant dans le cadre de l’exposition « Chaosmos à Garage Cosmos, influence des écrivains sur les arts plastiques au XIX° et XX° siècles jusqu’à aujourd’hui » à la Galerie Garage Cosmos du 2 avril au 1er mai 2022, à Bruxelles.

https://www.facebook.com/Anne-Catherine-Caron-362762160736360

 

A la découverte de l’ouvrage Roland Sabatier a écrit :  

« Apparemment coincé, comme le dit Roland Sabatier, entre Mallarmé et Isou, « Du Carré (entre) les l-signes » s’inscrit dans une continuité fidèle au créateur du Lettrisme et à ses définitions d’une nouvelle narration dénommée hypergraphie. Après des romans sur toile comme « Roman contre », de 1973, ou « Roman gondolé, roman encollé », de 1984, c’est pourtant avant, en 1978, avec « Roman à Équarrir » que l’auteure livrera un condensé des réflexions qu’elle conduit depuis 1972 dans le groupe lettriste. Comme dans ses précédentes sommes romanesques, dans ce récit, la prose déchue se métamorphose en signifiant pur. Une rhétorique mystérieuse où le carré se pare de congénères encombrants ou fuyants. Par impuissance ou anéantissement, prolifération ou raréfaction, l’espace de la page est passé au crible de jeux typographiques où sont interrogés et piétinés les vestiges des sens anciens. » (Roland Sabatier, 2020).

mercredi 23 juin 2021

RETOUR SUR DU CARRÉ (ENTRE) LES LI-SIGNES (roman), Anne-CATHERINE CARON AVEC LE ROMAN JAMAIS N'ABOLIRA A LA VILLA CERNIGLIARO

 « DU CARRÉ (ENTRE) LES L-SIGNES (roman) » 

179 pages, 29,7 x21 cm.
Co-édition originale Zero Gravità et Publications PSI, 2020.
Version exclusivement numérique à feuilleter en accès réservé sur demande à infolettrisme@icloud.com  (accesso riservato a richiesta)
@ Anne-Catherine Caron, Zero Gravità et Publications PSI. Sordevolo, Paris 2020.

Apparemment coincé, comme le dit Roland Sabatier, entre Mallarmé et Isou, « Du Carré (entre) les l-signes » s’inscrit dans une continuité fidèle au créateur du Lettrisme et à ses définitions d’une nouvelle narration dénommée hypergraphie. Après des romans sur toile comme « Roman contre », de 1973, ou « Roman gondolé, roman encollé », de 1984, c’est pourtant avant, en 1978, avec « Roman à Équarrir » que l’auteure livrera un condensé des réflexions qu’elle conduit depuis 1972 dans le groupe lettriste. Comme dans ses précédentes sommes romanesques, dans ce récit, la prose déchue se métamorphose en signifiant pur. Une rhétorique mystérieuse où le carré se pare de congénères encombrants ou fuyants. Par impuissance ou anéantissement, prolifération ou raréfaction, l’espace de la page est passé au crible de jeux typographiques où sont interrogés et piétinés les vestiges des sens anciens.
www.annecatherinecaron.com
FB ACC

mercredi 12 mai 2021

ANNE-CATHERINE CARON A LA VILLA CERNIGLIARO

 

ANNE-CATHERINE CARON

UN COUP DE (27 DES (CARRES) JAMAIS

N'ABOLIRA LE HASARD

Ventisette romanzi: moltiplicatori di potere impensato

Ving-sept romans - muliplicateurs de puissance impensée

Installazione

A cura di Carlotta Cernigliaro

Villa Cernigliaro, porte del 1° Piano fuoriterra

Villa Cernigliaro - Via Clemente Vercellone 4 - Sordevolo Biella - Italie

2 maggio > 30 settembre 2021  - domenica 15.00 > 19.00  

ROLAND SABATIER EXPOSE AUX MÊMES DATES : UN FILM SUPER COMMERCIAL dans la Salle des Poètes. 

COMMISSAIRE : CARLOTTA CERNIGLIARO



 

dimanche 25 octobre 2020

EVANESCENCE DU SENS ET/OU SENS EVANESCENT



Cliquez ici

Évanescence du sens et/ou sens évanescent ?

On est interpelé par cette œuvre au titre un peu long et un peu barbare qui fait primer la structure sur toute autre définition mécanique et qui nous dit renvoyer à une thématique visuellement et apparemment prégnante dont le destin semble devoir être irrémédiablement nié. Un "to be or not be" de l"Hypergraphie ciselante, poly automatique et a-thématique" (Extd. Production, 2020) ou un "vivre ou mourir"de ce jeune lettriste arrivé parmi nous en 2013 et que nous nous plaisons à appeler HUGO (BERNARD). Anne-Catherine Caron, octobre 2020.



vendredi 26 juin 2020

NOUVEAU ROMAN LETTRISME:ANNE CATHERINE CARON

« DU CARRÉ (ENTRE) LES L-SIGNES (roman) » 
179 pages, 29,7 x21 cm.
Co-édition originale Zero Gravità et Publications PSI, 2020.
Version exclusivement numérique à feuilleter en accès réservé sur demande à infolettrisme@icloud.com  (accesso riservato a richiesta)
@ Anne-Catherine Caron, Zero Gravità et Publications PSI. Sordevolo, Paris 2020.

Apparemment coincé, comme le dit Roland Sabatier, entre Mallarmé et Isou, « Du Carré (entre) les l-signes » s’inscrit dans une continuité fidèle au créateur du Lettrisme et à ses définitions d’une nouvelle narration dénommée hypergraphie. Après des romans sur toile comme « Roman contre », de 1973, ou « Roman gondolé, roman encollé », de 1984, c’est pourtant avant, en 1978, avec « Roman à Équarrir » que l’auteure livrera un condensé des réflexions qu’elle conduit depuis 1972 dans le groupe lettriste. Comme dans ses précédentes sommes romanesques, dans ce récit, la prose déchue se métamorphose en signifiant pur. Une rhétorique mystérieuse où le carré se pare de congénères encombrants ou fuyants. Par impuissance ou anéantissement, prolifération ou raréfaction, l’espace de la page est passé au crible de jeux typographiques où sont interrogés et piétinés les vestiges des sens anciens.
www.annecatherinecaron.com
FB ACC

dimanche 26 janvier 2020

ROLAND SABATIER, LE PLUS GRAND ARTISTE FRANÇAIS VIVANT?

http://diagonaledelart.blogs.liberation.fr/…/Philippe.Godin
Dans La Diagonale de l'Art du Journal Libération, par Eric Monsinjon.
FB ACC